Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #Sacrifice, #Dessin
Sacrifice

Dessin réalisé en 2012 au crayon à papier .

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #Humide, #Dessin
Humide

J'ai réalisé ce dessin il y a un peu plus de deux ans avec un stylo bille. J'étais en formation et il pleuvait dehors. Alors que le formateur parlait, moi je n'entendais rien d'autre que la pluie qui cliquetait à l'extérieur. Je me suis laissée distraire par ce bruit entêtant, comme si la pluie me parlait en chantant. Puis mon stylo comme envoûté s'est mis à danser sur le papier.

Wiehn A

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Ma plume, #Dessin
Ma plume

Belle et dansante,

Douce et élégante,

Elle glisse

Dans la brume

De mes pensées.

Elle glisse

Ma plume

Sur le papier,

Dévoilant qui je suis,

Décrivant mon esprit.

De son encre elle dépose

tout ce dont je dispose.

Parfois elle s'oppose

A écrire certaines choses.

Je n'ai pas de talent

A lui offrir

Et pourtant

Elle continue d'écrire.

Elle se plaît à vagabonder

Dans mes songes,

A s'amuser à décrypter

Mes mensonges.

Traîtresse ou amis,

Elle paresse dans son nid.

A elle je dis tout.

A vous,

Elle n'en écrit qu'un petit bout.

Wiehn A

Ce poème a été publié dans le recueil : la plume qui pleure en 2011.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #Imagine, #Dessin
Imagine

Imagine est une fois de plus un de mes rêves que j'ai illustré. Je ne serai expliquer ce dessin car certains rêves ne s'expliquent pas.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Mourir pour son rêve, #Dessin
Mourir pour son rêve

On dit que dormir

C'est mourir.

Je n'ai pas peur,

J'aime trop la douceur

Qui m'envahit de l'intérieur.

Une sensation de légèreté,

L' impression de savoir voler,

Lorsque le sommeil m'emporte,

Lorsque le sommeil me transporte,

Lorsqu'il m'escorte

jusqu'à toi.

Dans cette endroit

Où tu m'attends chaque fois.

Ce lieu magique

Dénué de toute logique

Où tout est possible,

Où tout est paisible.

J'aime être là

Au creux de tes bras,

Plongée dans le feu

De tes yeux amoureux.

Sans dire un mot,

Je me fonds sur ta peau.

Ton odeur me parfume,

Ta chaleur me consume,

Lorsque tes mains

Dénués d'innocence,

Se posent sur mes reins,

Je prends conscience

Que je t'appartiens

Et que tu es miens,

Jusqu'au matin.

Mon coeur, mon amour, mon amant secret,

Mon âme soeur que le jour va m'arracher.

L'amour de ma vie,

L'homme de mes nuits,

On s'aime pour toujours

Jusqu'au lever du jour.

Mon coeur, mon amour, mon amant secret,

Mon âme soeur que le jour va m'arracher.

Je sais que tu existe

Dans la réalité,

Mais que même si j'insiste,

Jamais je ne te rencontrerai.

C'est pourquoi je voudrai

Ne plus jamais me réveiller,

Même si je dois en crever,

C'est dans mon que je souhaite rester

Là où tu m'es destiné.

Ce poème a été publié dans le recueil: La plume qui pleure en 2011. Cela dit, je me suis permis de le retranscrire ici tel que je l'avais écris et non tel qu'il a été publié car à mes yeux il perdait tout son sens.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #illustration, #La femme chocolat, #Dessin
La femme chocolat

La femme chocolat m'a été inspiré par olivia Ruiz.

Pour la petite histoire, un matin alors que je dormais bien, mon réveil c'est allumé et Olivia c'est mise à chanter. Mon cerveau encore ensommeillé s'est amusé à décortiquer chaque paroles, il peignait dans ma tête une illustration un peu folle. Après quoi je me suis levée pour dessiner ce que mon esprit me dictait.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Ma Lucie, #Dessin
Ma Lucie

Dans mes bras,

Je te teins,

Tout contre mon sein,

Tu te sens bien.

Je sens ton coeur qui bat,

Au rythme du mien,

Jolie mélodie,

Belle symphonie.

Je t'ai donné la vie,

Tu me souris.

Contre moi ta chaleur,

J'hume ton odeur,

Mélange de saveur,

Harmonie des couleurs,

Bonheur de deux coeurs.

Dors mon bébé, dors,

Ma Lucie, ma vie.

Dors mon bébé, mon trésor,

Ma Lucie, ma jolie.

Mais quel est soudain ce froid?

Qui trop tard m'envahit.

Je me souviens de l'effroi,

De ce cauchemar qui prend vie.

Un jour de pluie,

tous ces gens en gris.

J'avance lentement,

Contre moi mon enfant.

Mais qui sont ces gens?

Je ressens leur douleur.

Quel est leur tourment?

Pourquoi est-ce qu'ils pleurent?

Je vois mes parents,

Pourquoi sont-ils présents?

A leurs pieds un corps tremblant, agonisant.

J'avance lentement,

trop vite, je comprends,

Contre moi plus d'enfant.

Dors, mon bébé est mort.

Ma Lucie sans vie.

Dors, quitte ton corps,

A jamais dans ce lit.

Je cris, j'hurle,

La terreur me brûle.

Que l'on me rende mon bonheur.

Que l'on m'arrache le coeur.

Je revis à l'infini,

ce jour couleur nuit,

Où contre moi elle s'est endormie,

Dans un sommeil infini ma Lucie.

Elle est partie ma petite vie.

Il est temps pour moi de rejoindre mon enfant,

Ma chair, son sang.

Quitter ce tourment.

Dors mon bébé, dors,

Ma Lucie, ma jolie.

Dors mon bébé, mon trésor,

Maman est ici.

Dors mon bébé, dors,

Ma Lucie, mon paradis.

Ce poème que j'ai écris peu de temps après la perte de ma grand mère, a été édité dans le recueil La plume qui pleure en 2011.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #La mélancolie de l'amour, #Dessin
La mélancolie de l'amour

La mélancolie de l'amour est l'un des tableaux que j'ai exposé lors de ma première exposition en Charente Maritime il y a deux ans déjà.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Ma plume pleure, #Dessin
Ma plume pleure

J'écris de ses larmes,

mes joies et mes drames

afin d'apaiser mon âme,

de mes douleurs, de mes états d'âme.

Sur mon parchemin,

ma plume pleure.

Elle scelle mon destin,

qu'elle connait déjà par coeur...

Voici un de mes nombreux poèmes, du moins un petit bout ( pour le moment) :-) ainsi que son illustration qui en est la base, car c'est en réalisant ce dessin que les mots ont pris forme. Ils sont devenus des phrases puis elles ont construit des vers, pour en définitive devenir ce pourquoi elles étaient faites, le porte-parole d'un poète.

Voir les commentaires