Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #poeme catégorie

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #photos, #esperance
Espérance

Le début entraîne toujours la fin,

Tel la naissance nous pousse

lentement, tout en douce,

vers une mort certaine.

Dans le noir ou s'oublient nos peines.

Dans le néant ou nous ne sommes plus rien.

Là ou la lumière sur nous s'éteint.

Mais la fin entraîne aussi un début,

Du moins c'est ce que l'on veux croire,

Pour ne pas chaque jours sombrer dans le désespoir.

On souhaite tous un après

Et peu importe le prix à payer.

Alors serons-nous dessus?

Ou satisfait d'avoir tant cru?

Peut être regretterons-nous d'avoir trop attendu?

Wiehn A

Poème écrit à Serres Castet le 3 juillet 2010

Photos prise à Saintes le 10 mars 2014.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #La flamme de noël, #Dessin
La flamme de noël

Allume toi petite flamme

Au bout de ta tige de cire.

Dance petite dame

Ta chaleur m'attire.

Enveloppe mon âme

Redonne moi le sourire.

Brûle mes états d'âmes

Détruis mes mauvais souvenirs.

Bouge petite femme

Anime mon coeur de désir.

Mouve toi encore petite flamme

Je sens ma vie me revenir.

Ma volonté sera une arme

Que personne ne pourra plus détruire.

Grâce à toi et tes charmes

Alors que mon esprit voulait juste mourir,

Tu as séché mes larmes,

Tu m'as réchauffé sans cesser de me dire:

Bats toi mon enfant, oublis tes vagues à l'âme;

En ce soir de noël et pour les autres àvenir,

Je n'aspire qu'a t'entendre rire.

Wiehn A

poème écrit à serres castet le 18 décembre 2011.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #illustration, #Ivresse, #poème, #Dessin
Ivresse

Pas de pot,

Je mélange mes mots,

Dans la bile

Au fond de mon seau.

C'en est trop !

Je roule sur le dos,

Mais trop fragile,

Je me care la gueule sur le carreau.

Terminé les levers de rideau !

Grillé est mon cerveau.

Imbécile,

Sera inscrit sur mon tombeau.

Pas de bol,

Je suis clouée au sol.

C'est la tuile,

Je titube, je décolle, je m’envole.

Illusion folle!

Je suis paralysée par l'alcool.

Débile !

Je gémis d'une voix molle.

Wiehn A

Poème écrit le 8 mars 2011.

Illustration faite au crayon de papier.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #le journal, #illustration, #Dessin
Le journal

Ceci n'est pas un journal

Ni même un carnet de bord,

C'est juste une feuille normale

Qui ne me juge pas à tort.

Je lui confie le mal

De mon âme qui se tord.

De quelques mots banals

Je soigne les maux de mon corps.

Car mon coeur râle,

dans ma poitrine, il cogne fort.

Ma volonté chiale,

Face à la réalité de notre sort.

Ceci n'est pas pas un journal,

Ni même un carnet de bord.

Ceci est une arme fatale

pour garder espoir encore,

Car nous sommes en cavale

Dans une vie qui nous condamne à mort.

Wiehn A

poème écrit le 18. 01. 2013.

Dessin fait au crayon de papier et pastelles sèches le 11. 08. 13.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn
Publié dans : #poème, #coucher de soleil, #photos
Coucher de soleil

Alors que je me promenais, le soleil lui dans mon dos se couchait. Alors qu'il disparaissait, la nuit elle dans son manteau m'enveloppait. Il était grand temps pour moi d'aller me coucher bercé dans les bras de la mort, ma fée.

Wiehn A

Photos prise hier soir soir (le 19 juillet 2013) et modifiée sur mon téléphone portable.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Pauvres petits personnages, #Dessin
Pauvres petits personnages

Pauvres, pauvres petits personnages

Que je façonne à mon image.

Je les torture, quel dommage.

Mais ils endurent, ils ne manquent pas de courage.

Pauvres, pauvres petits personnages.

Sur eux je décharge

Toute ma colère, ma rage,

Mes crises de nerfs, mes violents orages.

Pauvres, pauvres petits personnages,

Petits pantins qui pleurent sur ma page.

Je vous crée de mes mains dans mes gribouillages.

Je vous étouffe sous mes épais nuages.

Pauvres, pauvres petits personnages.

Être douce avec vous serait plus sage.

Mais je ne suis ni dieu ni mage,

Juste un écrivain de bas étage.

Wiehn A

L'idée de ce poème m'est venue un jour ou j'étais en colère. Alors que j'étendais brutalement mon linge je me suis mise à chanter ( genre comédie musicale). J'étais le diable incarné et je m'imaginais détruire tous ceux que je créais. J'admirais tous mes petits personnages ne désirant que vivre au fil des pages, les voir lutter sans jamais baisser les bras face à l'adversité. Ils ne perdaient jamais espoir de voir un jour la lumière entrer dans leur univers noir. Parfois à bout de force ils m'imploraient de vivre une histoire idyllique, avoir une fin magique. Mais moi je leur préférais un destins tragique. Car les torturer était ma passion, leurs pleurs une attirante, vibrante obsession. Tout cela me rendait euphorique, je riais d'un rire maléfique. J'aimais incarner ce rôle diabolique, car cela exorcisait le mal qui sur le moment me rongeait.

Wiehn A

Alors je suis peut-être, voir certainement folle mais ma thérapie maison marche du tonnerre. :)

Illustration faite à la pastelle sèches.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #sage, #Dessin
Sage

Je suis sage,

ils sont sages,

êtes-vous sage?

Certains se disent sages,

d'autre se savent sages,

Entre les deux il y a une marge.

Suis-je sage?

Quand malgré mes dérapages,

Je les avoue avec courage ?

Sont-ils sages?

A rester figés comme des images ?

A contempler leur vie tel un mirage ?

Qui sont les plus sages ?

Eux, qui vivent sur leur nuage,

Loin de nos peurs, nos doutes et autres désavantages ?

Où nous, qui affrontons l'existence avec rage ?

Wiehn A

Illustration faite sur canson A4 à la pastelle sèche.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #insomnie, #Dessin
Insomnie

Mon insomnie,

Elle revient chaque nuit.

Le début de ma folie,

Violente agonie,

Je frôle l’hystérie.

J'hurle mais n'entend plus mes cris.

Je capitule et fraternise avec l'ennemi.

Elle devient alors mon amie,

Et j'oublis qui je suis.

Je voulais juste m'allonger ici,

M'étendre sur mon lit

Et que le sommeil m'entraîne avec lui.

Mais c'est elle qui m'attend toutes les nuits.

La torture de toute une vie,

Le tourment de mon esprit,

M'ont mené là où je suis aujourd'hui,

Dans le fond de la nuit,

Loin de mon insomnie.

J'ai gagné la partie.

Pour toujours je me suis enfin endormie.

Wiehn A

Illustration faite à la pastelle sèche.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #les larmes d'un ange, #Dessin
Les larmes d'un ange

Elles coulent, roulent,

Douces et chaudes,

Humides et salées,

Légères et argentées.

Elles coulent, roulent,

Douces et chaudes,

Telle une caresse veloutée,

Sur mon doigt s'est échouée.

Ma main s'était posée

Là, sur son visage.

Je voulais chasser

en lui les nuages.

Un sourire s'était dessiné

sur lui tel un mirage.

Car ses larmes encore coulaient

Bien davantage.

Magnificence à l'état pur,

le voir ainsi était si dur.

En moi ses larmes

Se transformaient en armes.

Transpercée en plein coeur,

Je ressentais sa joie, sa douleur.

Je comprenais ses pleurs.

Je voyais sa confusion intérieure.

Elles coulent, roulent,

douces et chaudes,

Au creux de ma main

L'âme de mon saint.

Elles coulent, roulent,

Douces et chaudes,

Etranges mélanges

Les larmes d'un ange.

Wiehn A

Illustration réalisé au crayon de papier, fusain et craies pastelles.

Voir les commentaires

Publié le par Wiehn Angélique
Publié dans : #poème, #illustration, #Il a dit oui, #Dessin
Il a dit oui

Il a dit oui,

pour le meilleur et pour le pire.

Il a dit oui pour le meilleur,

mais il est parti ailleurs.

Il a dit oui pour le pire,

Tel sera son avenir.

Il aimait tant sa fiancée,

Mais sa femme saura-t-il la détester.

Il a baissé les armes,

Il lui a donné son âme.

Elle est devenue sa femme,

Elle est devenue infâme.

Il voulait avec elle des enfants,

Elle voulait de lui que son argent.

Le voici aujourd'hui,

Baignant dans son sang.

Je l'entends d'ici dans son dernier cri,

je t'aime chérie, mort où vivant.

Wiehn A

Illustration au crayon de papier et pastelles sèches.

Voir les commentaires

1 2 > >>